« Clouds sauvages » : l’entreprise en danger

Home« Clouds sauvages » : l’entreprise en danger

Le secteur technologique n’est jamais à court de buzzwords et d’opinions expertes. Dernière trouvaille en date : les « clouds sauvages », un terme dont la connotation n’est pas, vous en conviendrez, franchement rassurante…

Mais qu’est-ce qu’un cloud sauvage au juste ? Si l’on en croit le Wall Street Journal, il s’agit du fruit des agissements de certains collaborateurs qui, faisant fi des règlements IT de l’entreprise, décident d’utiliser les services et applications cloud de leur choix. D’après l’étude sur laquelle s’appuie l’article, les clouds sauvages seraient une réalité dans 70 % des PME, exposant ces entreprises à un grand nombre de vulnérabilités.

En effet, les salariés téléchargeant leurs propres applications ou copiant des documents professionnels sur un espace de stockage en ligne mettraient en péril la sécurité des données de l’entreprise. C’est l’une des raisons pour lesquelles les entreprises font appel à des experts, en interne ou en externe, pour sécuriser le réseau qui, s’il se limite souvent à un serveur et quelques ordinateurs portables, n’en reste pas moins un élément vital au bon fonctionnement de l’entreprise.

Un exemple parlant : les entreprises ont cédé aux sirènes des iPhones et iPads pour en équiper leurs collaborateurs. Or, les développements du système d’exploitation de ces appareils ont amené iCloud, une solution qui permet de sauvegarder et de synchroniser ses informations. Soudain, les données de l’entreprise sortent du cadre normé et sécurisé du réseau de celle-ci.

Il n’est plus question uniquement de la perte ou du vol d’un appareil contenant des données sensibles mais bien de la perte de contrôle de ces données.

Face à ce risque, on peut être tenté de tout verrouiller, et pour ce faire, de minimiser les partages dans le cloud. Davey Winder, journaliste spécialisé dans les technologies, ne partage pas ce point de vue. « Le cloud est une innovation majeure qui dope la productivité et aide à réaliser des économies. Les entreprises doivent le comprendre », affirme-t-il sur le site www.cloudpro.co.uk.

Il n’a pas tort ! Si votre département IT a du mal à suivre le rythme de vos collaborateurs, faut-il pour autant forcer ces derniers à ralentir ? Bien sûr que non ! Dans ce cas, il faut veiller à ce que l’IT permette sécurité et flexibilité. Comme l’écrit M. Winder, « il faut rassembler la gouvernance, la conformité et les utilisations fantômes au sein d’un cadre stratégique exploitable et sécurisé ».

En d’autres termes, s’il est important d’avoir des règles et procédures en place, celles-ci doivent aider l’entreprise et ses collaborateurs à gagner en productivité et non freiner leur progression.

Et vous… qu’en pensez-vous ? Ce phénomène traduit-il seulement l’abnégation de collaborateurs recherchant de nouveaux moyens de gagner en productivité et efficacité ? Ou présage-t-il d’un chaos informatique ?